Jean Absil

En résumé

Né à Bonsecours en 1893, Jean Absil deviendra un des plus grands compositeurs du 20° siècle.

Avec pas moins de 160 compositions, il s'est taillé, par son talent, une notoriété internationale.

Informations supplémentaires

ABSIL (Jean)


Absil, c’est un nom dont Bonsecours peut se glorifier d’avoir donné naissance, un nom qui appartient désormais à notre patrimoine culturel et que l’on célèbrera dans l’envol des cloches sonnant autour de Notre-Dame.


Né à Bonsecours le 23 octobre 1893 à la rue Crespelle (rue É. Baijot), décédé à Uccle le 2 février 1974, puis inhumé le 20 avril au cimetière de Bonsecours, où sa seconde épouse le rejoindra en juillet 1992. Jean Absil étudie au conservatoire de Bruxelles à partir de 1913. Il y suit studieusement tous les cours concernant les formes techniques de l’écriture musicale. Tenté d’abord par une carrière d’organiste, il s’oriente vers la composition avec P. Gilson après la Première Guerre mondiale. Profondément marqué par les créations bruxelloises du Sacre du Printemps et du Pierrot lunaire, il s’intéresse aux différents courants de la musique contemporaine. Prix de Rome en 1922, Absil se forge un langage très personnel, d’une modernité tempérée par une formation classique. Son besoin créateur est tel que son œuvre totalisera plus de 160 numéros d’opus comprenant des concertos, des symphonies, des ballets, des opéras, de la musique de chambre et de la musique instrumentale.
Après avoir abordé l’étude de l’orgue, du piano et de l’harmonie avec Alphonse Oeyen (organiste à la basilique de Bon-Secours), Absil entre en 1913 au Conservatoire Royal de Bruxelles où il suit les cours d’orgue, de piano et d’écriture avant d’étudier l’orchestration et la composition avec Gilson. En 1922, il gagne le second Prix de Rome (belge) avec sa cantate La Guerre op. 2, et enseigne l'harmonie pratique au Conservatoire de Bruxelles où il sera nommé professeur en 1936. Très vite, il s'écarte des conceptions de son maître quant à l'orchestration et s'oriente vers la production contemporaine. Il écrit deux œuvres avec son ami d'enfance Hegel Fourk, compositeur également connu en Belgique et dans le reste du monde grâce à sa cinquième variation écrite en l'honneur de Bruno Brel. Il séjourne quelque temps à Paris, où il gagne le Prix Rubens en 1934, et fonde la Revue internationale de musique (1938). Chef du groupe La Sirène, il fait connaître la musique contemporaine. Son concerto imposé pour piano lors du premier concours Ysaÿe de 1938 (ancêtre du Concours Reine Elisabeth) lui confère une renommée internationale. Directeur, pendant 40 ans, de l'Académie de musique d'Etterbeek à laquelle il donna son nom en 1963, ce pédagogue incontesté a formé des générations de compositeurs; il fut en effet également nommé professeur de fugue au Conservatoire Royal de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. Il fut élu à l'Académie Royale de Belgique en 1955, et reçut le Prix Quinquennal du Gouvernement belge en 1964.
Musicien formé à l'ancienne, ses professeurs ne lui firent étudier aucun compositeur plus tardif que César Franck; avec Gilson, il n'aborda que l'orchestration de Wagner, Richard Strauss et des Nationalistes russes… Or, à l'époque où il entra au Conservatoire, Stravinsky se distinguait déjà à Paris! C'est donc en assistant aux concerts donnés à Bruxelles par le Quatuor Pro Arte qu'il prit connaissance des œuvres de Milhaud, Hindemith et Schönberg; il assista même souvent aux répétitions de ce quatuor pour mieux s'imprégner de ces musiques nouvelles pour lui. C'est donc par lui-même qu'Absil forgea son propre langage très personnel et cohérent qu'il appliqua à des formes diverses, son unité esthétique définissant sa personnalité en défiant le temps.
Compositeur rigoureux, curieux de toutes les tendances nouvelles dans l'art du son, Absil réunit en une synthèse l'École française, Stravinski, Bartók qu'il admirait beaucoup, et dont il suivit l'exemple en étudiant la musique traditionnelle de Roumanie et d'autres pays, ainsi que les musiques polytonales, atonales et sérielles. Le compositeur inventa des modes inédits qu'il renouvela d'une œuvre à l'autre. De ces modes naissent des accords qui, pour être différents des accords classiques, n'en sont pas moins pourvus comme ceux-ci de significations expressives de tension et de repos. Il faut enfin souligner que si à partir de 1938, Absil s'efforça de rendre ses partitions plus accessibles, il cessa de faire toute concession en 1963, année à partir de laquelle il se consacra presque exclusivement à la musique instrumentale.

L’Athénée Royale Jean Absil.

En 1933, au lieu dit " Le Mouchoir " (sur l'emplacement d'une ancienne fabrique de mouchoirs, rue Louis Hap, s'ouvre une Ecole Moyenne pour Filles. Cette école dépendait au début de l'école moyenne pour garçons établie dans les locaux de la place Saint-Pierre, bâtiment construit en fait pour servir de Justice de Paix, mais qui a toujours été affecté à des locaux scolaires. La première année, l'école comptait 36 élèves et quelques trois ou quatre professeurs dont les tâches étaient variées : elles allaient de l'enseignement de plusieurs disciplines à la sortie des poubelles. L'école est reprise par l'Etat en 1936 et porte à partir de cette date la dénomination de " Ecole Moyenne de l'Etat avec Section Athénée ". La direction est confiée à un Docteur en Philologie romane.
En 1938, l'école déménage à la place Saint-Pierre, le futur Athénée de Garçons ayant émigré dans ses nouveaux locaux, avenue de 11 Novembre. Ce bâtiment de la place Saint-Pierre appartenait toujours à la commune d'Etterbeek. En 1946, le lycée devient Lycée Royal d'Etterbeek, comporte une section préparatoire et des humanités complètes. En juillet 1962, le Lycée s'installe dans ses nouveaux locaux, avenue Hansen-Soulie,27 ; le section préparatoire y était déjà installée depuis plusieurs années, dans l'aile située avenue Le Marinel, construite antérieurement. C'est sous la préfecture de Madame Picavez-Lepouse que l'enseignement est devenu rénové, dès 1974, à sa demande expresse. Ceci a malheureusement motivé, pour des questions de locaux, le départ, le 31 août 1975, de la section préparatoire, qui a fusionné avec l'Athénée pour Garçons voisin. C'est également sous son impulsion que fut entreprise la construction de la salle des sports. C'est grâce à cette construction que la salle de gymnastique s'est libérée pour devenir aujourd'hui la bibliothèque.
L'école a pris le nom d'Athénée Royal Jean Absil en 1982. Le nom a essentiellement été choisi en fonction de la proximité du square Jean Absil, dédié au compositeur belge, et qui n'a pris ce nom que deux ou trois ans avant l'école.
Le 16 août 1988, la préfecture à été reprise par Monsieur Capelle, Licencié en philologie germanique.
Ses œuvres

Absil a composé de très nombreuses œuvres dans tous les domaines.
Son œuvre symphonique compte notamment :
  • 5 symphonies ;
  • 16 autres pièces pour orchestre ;
  • 3 concertos pour piano ;
  • 4 œuvres concertantes pour violon ;
  • 2 œuvres concertantes pour violoncelle.
Description des ses œuvres.
A cloche-pied op. 139 - 1968
Maurice Carême
Alcools op. 43 - 1940
Guillaume Apollinaire
Allegro brillante op. 132 - 1967
Allegro brillante op. 132 - 1967
Alternances op. 140 - 1968
Asymétries op. 136 - 1968
Ballade op. 129 - 1966
Ballade op. 156 - 1971
Berceuse - 1932
Berceuse - 1932
Bestiaire op. 58 - 1944
Guillaume Apollinaire
Burlesque op. 100 - 1958
Cache-cache op. 117 - 1963
Chacone op. 69 - 1949
Chanson de quatre sous - 1942
Paul Fort
Chansons de bonne humeur op. 49 - 1942
Tristan Klingsor
Chansons de bonne humeur op. 49 - 1942
Tristan Klingsor
Chansons plaisantes - 2e recueil op. 94 - 1956
Jean Absil
Chansons plaisantes op. 88 - 1955
Cimetière - 1927
Jean Marias
Cinq bagatelles op. 61 - 1944
Cinq chansons de Paul Fort op. 18 - 1935
Cinq choeurs - 1930
[divers]
Cinq mélodies - 1927
Cnilkin, Brohée, Hugo, Moréas, Klingsor
Cinq mélodies op. 12 - 1933
[divers]
Cinq pièces faciles op. 138 - 1968
Colas Chacha - ?
Colindas op. 87 - 1955
Concert à cinq op. 38 - 1939
Concertino op. 42 - 1940
Concertino op. 42 - 1940
Concertino op. 122 - 1964
Concertino op. 122 - 1964
Concerto grosso op. 60 - 1944
Concerto n°2 op. 124 - 1964
Concerto n°2 op. 124 - 1964
Concerto n°2 op. 131 - 1967
Concerto n°2 op. 131 - 1967
Concerto n°3 op. 162 - 1973
Concerto n°3 op. 162 - 1973
Concerto op. 11 - 1933
Concerto op. 11 - 1933
Concerto op. 30 - 1937
Concerto op. 30 - 1937
Concerto op. 54 - 1942
Concerto op. 54 - 1942
Concerto op. 155 - 1971
Contes op. 76 - 1951
Contrastes op. 143 - 1969
Croquis pour un carnaval op. 137 - 1968
Croquis sportifs op. 85 - 1954
Danses bulgares op. 103 - 1961
Danses bulgares op. 103 - 1959
Danses bulgares op. 103 - 1959
De tijd - ?
Willem Gijssels
Déités op. 160 - 1972
Deux danses rituelles op. 105 - 1960
Deux mélodies - 1933
[divers]
Deux poèmes op. 53 - 1942
Francis Jammes
Divertimento op. 86 - 1955
Du rythme à l'expression I op. 108 - 1961
Du rythme à l'expression II op. 108 - 1961
Echecs op. 96 - 1957
Enfantines op. 52 - 1942
Madeleine Ley
Epouvantail op. 74 - 1950
Epouvantail op. 74 - 1950
Esquisses sur les 7 péchés capitaux op. 83 - 1954
Etude n°3 - 1963
Etude XI - ?
Etude XI - ?
Evasion op. 8 - 1927
Paul Brohée
Fanfares op. 118 - 1963
Fantaisie - Caprice op. 152 - 1971
Fantaisie - Caprice op. 152 - 1971
Fantaisie - Humoresque op. 113 - 1962
Fantaisie - Humoresque op. 113 - 1962
Fantaisie concertante op. 99 - 1958
Fantaisie concertante op. 99 - 1958
Fantaisie rhapsodique op. 21 - 1936
Fantaisie op. 40 - 1939
Féeries op. 153 - 1971
Grande suite n°2 op. 110 - 1962
Grande suite op. 62 - 1944
Heure de grâce op. 98 - 1958
Maurice Carême
Hommage à Lekeu op. 35/bis - 1939
Hommage à Schumann op. 67 - 1946
Humoresques op. 126 - 1965
Images stellaires op. 161 - 1973
Introduction et Valses op. 89 - 1955
Jeanne d'Arc op. 65 - 1945
L'album à colorier op. 68 - 1948
Etienne de Sadeleer
La mort de Tintagiles op. 3 - 1926
Le chant à l'école op. 144 - 1969
Le chapeau chinois (extr.) op. 64 - 1944
Franc-Nohain
Le chapeau chinois op. 64 - 1944
Franc-Nohain
Le chapeau chinois op. 64 - 1944
Franc-Nohain
Le chapeau chinois op. 64 - 1944
Franc-Nohain
Le cirque volant op. 82 - 1953
Etienne de Sadeleer
Le miracle de Pan op. 71 - 1949
Le miracle de Pan op. 71 - 1949
Le zodiaque op. 70 - 1949
Thomas Braun
Le zodiaque op. 70 - 1949
Thomas Braun
Légendes op. 91 - 1956
Les bénédictions op. 48 - 1941
Thomas Braun
Les bénédictions op. 48 - 1941
Thomas Braun
Les chants du mort op. 55 - 1943
Les chants du mort op. 55 - 1943
Les météores op. 77 - 1951
Les voix de la mer op. 75 - 1951
René Lyr
Les voix de la mer op. 75 - 1951
René Lyr
Les voix de la mer: Choeur aérien op. 75 - 1951
René Lyr
Marines op. 36 - 1939
Mythologie op. 84 - 1954
Nymphes et faunes op. 130 - 1966
Ouverture op. 75 - 1965
Passacaille op. 101 - 1959
Peau d'Ane op. 26 - 1937
Peau d'Ane op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air de Peau d'Ane op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air de Peau d'Ane op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air du Prince op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air du Prince op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air du Roi op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Air du Roi op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Airs de ballet op. 26 - 1937
Peau d'Ane: Final du 3e acte op. 26 - 1937
Henry Ghéon
Peau d'Ane: Suite op. 26 - 1937
Petit bestiaire op. 151 - 1970
Petite suite op. 20 - 1935
Petite suite op. 20 - 1935
Petite suite op. 20 - 1935
Petites polyphonies op. 128 - 1966
Phantasmes - 1936
Philatélie op. 46 - 1940
Thomas Braun
Philatélie op. 46 - 1940
Thomas Braun
Pièces caractéristiques op. 123 - 1964
Pièces en quatuor op. 35 - 1938
Pierre Breughel l'Ancien op. 73 - 1950
René Lyr
Pierre Breughel l'Ancien op. 73 - 1950
René Lyr
Poésie et vélocité op. 157 - 1972
Poésie et vélocité op. 157 - 1972
Poésie et vélocité op. 157 - 1972
Poésie et vélocité op. 157 - 1972
Prélude et barcarolle - ?
Printemps op. 59 - 1944
Maurice Carême
Quatre esquisses op. 154 - 1971
Quatre pièces op. 150 - 1970
Quatre poèmes op. 12 - 1933
Maurice Maeterlinck
Quatuor à clavier op. 33 - 1938
Quatuor à cordes n°1 op. 5 - 1929
Quatuor à cordes n°1 op. 5 - 1929
Quatuor à cordes n°2 op. 13 - 1934
Quatuor à cordes n°2 op. 13 - 1934
Quatuor à cordes n°3 op. 19 - 1935
Quatuor à cordes n°3 op. 19 - 1935
Quatuor à cordes n°4 op. 47 - 1941
Quatuor à cordes n°4 op. 47 - 1941
Quatuor n°2 op. 28 - 1937
Quatuor op. 31 - 1937
Quatuor op. 132 - 1967
Quintette op. 16 - 1934
Rêves op. 80 - 1952
René Lyr
Rhapsodie brésilienne op. 81 - 1953
Rhapsodie brésilienne op. 81 - 1953
Rhapsodie bulgare op. 104 - 1960
Rhapsodie flamande op. 4 - 1928
Rhapsodie flamande op. 4 - 1928
Rhapsodie n°2 op. 34 - 1938
Rhapsodie n°5 op. 102 - 1959
Rhapsodie n°5 op. 102 - 1959
Rhapsodie n°6 op. 120 - 1963
Rhapsodie roumaine op. 56 - 1943
Rhapsodie roumaine op. 56 - 1943
Rites op. 79 - 1952
Roumaniana op. 92 - 1956
Sicilienne - 1950
Silhouettes op. 97 - 1958
Six choeurs I op. 18 - 1935
[divers]
Six choeurs II op. 18 - 1935
Paul Fort
Six poèmes de Maurice Carême op. 109 - 1961
Maurice Carême
Sonate op. 115 - 1963
Sonate op. 134 - 1967
Sonate op. 146 - 1970
Sonatine en duo op. 112 - 1962
Sonatine n°2 op. 37 - 1939
Sonatine op. 27 - 1937
Suite bucolique op. 95 - 1957
Suite mystique op. 145 - 1969
Suite n°2 op. 141 - 1968
Suite pastorale op. 37 - 1939
Suite pastorale op. 37 - 1939
Suite sur des thèmes populaires roumains op. 90 - 1956
Suite op. 51 - 1942
Suite op. 78 - 1952
Suite op. 92 - 1956
Suite op. 114 - 1963
Suite op. 135 - 1967
Suite op. 149 - 1970
Sur un paravent chinois op. 147 - 1970
Symphonie n°1 en ré mineur op. 1 - 1920
Symphonie n°2 op. 25 - 1936
Symphonie n°3 op. 57 - 1943
Symphonie n°4 op. 142 - 1969
Symphonie n°5 op. 148 - 1970
Tahi - Taho op. 8 - 1932
Arthur Cantillon
Thrène op. 66 - 1945
Etienne de Sadeleer
Trente études préparatoires à la polyrythmie op. 107 - 1961
Trente études préparatoires à la polyrythmie op. 107 - 1961
Trio à cordes n°1 op. 17 - 1935
Trio à cordes n°2 op. 39 - 1939
Trio n°2 op. 158 - 1972
Trio op. 7 - 1931
Triptyque op. 106 - 1960
Trois choeurs op. 15 - 1934
[divers]
Trois impromptus op. 10 - 1932
Trois pièces op. 32 - 1938
Trois pièces op. 32 - 1938
Trois pièces op. 119 - 1963
Trois pièces op. 121 - 1964
Trois Pièces op. 127 - 1965
Trois poèmes d'Arthur Cantillon op. 9 - 1932
Arthur Cantillon
Trois poèmes de Tristan Klingsor op. 45 - 1940
Tristan Klingsor
Trois poèmes de Tristan Klingsor op. 45 - 1940
Tristan Klingsor
Trois vocalises op. 116 - 1963
Ulysse et les Sirènes op. 41 - 1939
José Bruyr
Ulysse et les Sirènes op. 41 - 1939
José Bruyr
Variations symphoniques op. 50 - 1942
Variations op. 93 - 1956
Zoo op. 63 - 1944
Jean Sasse

Inauguration de la Place Jean Absil à Bonsecours

Le buste du compositeur, dû au sculpteur bruxellois Fernand de Bonnaires et placé en 1968 au pied de la basilique, à l’angle de la Place, selon les indications de l’architecte José Brackman, est le témoin visible de la reconnaissance des Bonsecourois envers l’artiste réputé mondialement.

Sources : Internet
Hainaut Tourisme, n°…
 
Accueil | Albums photos | Festivités | Associatif | Commerces | Tourisme | Un peu d'histoire | Services | Recherche | Plan du site | Contact
Editeur responsable : ASBL SI Animations et Festivités Bonsecours
Conception, développement et hébergement du site par Celyd Multimédias © Novembre 2005